Le ciel du mois d’août 2019.

Nous avons déjà étudié, le mois dernier, les trois constellations du triangle d’été : le Cygne, la Lyre et l’Aigle.

Lorsque le Soleil sera couché et que la nuit sera déjà bien noire, vous repérerez facilement la Voie Lactée, qui traverse tout le ciel. Juste au-dessus de l’horizon sud se trouve la constellation du Sagittaire, personnage mi-homme, mi-cheval dont la forme est mal définie. En revanche, si l’on n’utilise qu’une partie des étoiles, on remarque qu’elles dessinent une théière.

Le Sagittaire contient le centre de la Voie Lactée. Cela implique une grande quantité d’objets du ciel profond, du type amas globulaires ouverts et nébuleuses, y sont contenus. Dans le simple catalogue de Messier, qui compte 110 objets, 15 sont dans cette constellation, dont 7 amas globulaires. Parmi les objets remarquables, notons la nébuleuse de la Trifide (M20) et celle de la Lagune (M8).

D’autre part, l’amas globulaire M 22 est impressionnant par sa taille (17,3’’), puisque c’est le deuxième plus grand amas de l’hémisphère nord, après M4 dans le Scorpion.

Avant de quitter la Voie lactée pour entrer dans le ciel d’automne, observons quelques constellations un peu plus difficiles à repérer, car plus petites. En regardant au nord-est d’Altaïr, on trouve un petit losange assez régulier, ainsi qu’une cinquième étoile au sud-ouest. Il s’agit du Dauphin : on a l’impression que l’animal saute hors de l’eau.

À l’ouest du Dauphin se trouve la constellation de la Flèche et juste au-dessus, la constellation du Petit Renard. En soi, elles n’ont pas beaucoup d’intérêt, mais elles possèdent deux objets remarquables.

Le premier est une sorte d’amas d’étoiles formant un cintre. Il se trouve au nord-ouest de la Flèche. Cet objet est relativement grand ; il ne faut donc pas le regarder avec une lunette astronomique ou un télescope, mais plutôt avec une paire de jumelles. Le second objet (déjà cité le mois dernier) est la nébuleuse planétaire Dumbell (M 27). Elle est visible, mais révèle toute sa structure avec un plus gros instrument. Il est d’ailleurs possible d’y voir la naine blanche centrale avec une bonne vue, un bon ciel et un instrument adapté.

Voici un exercice un peu difficile. Mais le mois d’août laissant généralement plus de loisirs, tenter de repérer la nébuleuse Hélix (NGC 7293) dans la constellation du Verseau (Aquarius).

Chercher d’abord le Verseau, assez bas sur l’horizon sud, en plaçant votre carte du ciel sur le 10 août à 1h du matin (ou sur le 20 août à minuit)…

Eh oui ! Les astronomes amateurs sont des gens qui se couchent tard. À ce moment-là, le Verseau apparaît plein Sud, en descendant depuis l’étoile polaire.

La constellation du Verseau n’a pas une forme bien définie. Mais si vous l’avez bien étudiée préalablement sur votre carte du ciel, vous devez parvenir à la repérer, ainsi que l’amas globulaire M2, visible un peu à l’est avec des jumelles.

Vous apercevrez la nébuleuse Hélix du Verseau plus bas sur l’horizon, à quelques degrés ouest de M2. Il s’agit d’une nébuleuse assez grande, dont le diamètre apparent est égal à la moitié de la pleine Lune. En revanche, elle est peu brillante : pour l’observer en détail, mieux vaut la photographier.

Toutes ces observations vous pourrez les tenter dès le premier jour du mois. En effet, le premier août ce sera la nouvelle Lune. Notre satellite ne nous gênera pas avec sa pollution lumineuse agaçante. En revanche, la Lune sera magnifique à observer le 4 août car ce sera le meilleur moment pour observer sa lumière cendrée juste un peu après le coucher du Soleil.

Mais avant cela, le 3 août, ne manquez pas la nuit des étoiles à Lassigny avec le club Andromède. Rendez-vous au stade de football dès 17h pour observer le Soleil, puis à 21h pour l’observation du ciel nocturne.

https://www.astroclub-andromede.fr/actualite-260-nuit-des-etoiles-2019-a-lassigny.html

En même temps l’association Repères organise ses nuits des étoiles les vendredi 2 et samedi 3 aux Esserres à Lavacquerie. Les animations commencent dès 15h avec la présence du planétarium numérique. Conférences à partir de 17h30. Exposition sur l’épopée des missions Apollo.

http://reperes-astro.fr/vend-2-et-sam-3-aout-nuits-des-etoiles-aux-esserres/

Enfin, le CAASV lui sera présent samedi au stade de Saint-Sauveur pour accueillir le public dès 21h30. En plus de l’observation du ciel nocturne, aura lieu un diaporama sur la mission Apollo XI.

Le 7 août, l’astéroïde 16 Psyche sera en opposition avec le Soleil. Il affichera une magnitude de 9,3. C’est l’un des dix astéroïdes les plus massifs de la ceinture d’astéroïdes. Il fait plus de 200 km de diamètre et contient environ 1% de la masse totale de la ceinture. Il a été découvert par l’astronome italien Annibale de Gasparis le 17 mars 1852 à Naples. Avec un instrument d’amateur vous pouvez essayer de le repérer. Ce jour-là, la Lune, plus facile à trouver, affichera son premier quartier. Comme le mois dernier, essayez de repérer le ‘X’ sur la Lune.

Le 11 août, regardez ce rapprochement entre la Lune et M22. La distance topocentrique centre à centre sera à peine de 0,7°. Je vous ai déjà parlé de M22 dans l’introduction.

Le lendemain, c’est Pluton qui sera à côté de la Lune avec la même distance de 0,7°. Mais ce jour-là, ce sera le rapprochement entre la Lune et Saturne qui sera plus facile à observer. Vous trouverez la géante aux anneaux dans la constellation du Sagittaire tout au long du mois. Sa hauteur au méridien ne sera que de 21°.

Arrive le 13 août et l’évènement que tout le monde attend. Les Perséides ! La pluie d’étoiles filantes de l’été avec 100 météores par heure au zénith. C’est l’essaim le plus spectaculaire et le plus populaire de l’année, il est constitué de débris de la comète Swift-Tuttle. Malheureusement, cette année, la Lune sera bien présente dans le ciel puisqu’elle sera pleine le 15 août.

La veille, mercredi 14, l’astéroïde 15 Eunomia sera en opposition avec le Soleil avec une belle magnitude de 8,2. Lui aussi est un très gros astéroïde de la partie interne de la ceinture d’astéroïdes. Il est le plus grand des astéroïdes rocheux de type S. Comme le précédent, c’est Annibale de Gasparis qui le découvrit le 29 juillet 1851.

Jupiter se déplace très doucement durant le mois. En début de soirée, la géante se trouve dans la partie orientale d’Ophiuchus. Pour elle aussi, la hauteur au méridien ne sera que de 21°. Au milieu du mois, elle se couchera un peu après 23 heures.

Mais ayons aussi une pensée pour notre petite sœur du système solaire, puisque Mercure se rapprochera de M44 à environ 1,2° en ce 17 août. Et n’oublions pas l’astéroïde 39 Laetitia qui ce jour-là sera en opposition et affichera la magnitude de 9,2. Cocorico ! C’est l’astronome français Jean Chacornac qui le découvrit le 8 février 1856. Enfin, si vous disposez d’un bon télescope vous pourrez tenter de profiter du rapprochement entre Neptune et la Lune. Neptune habite dans le Verseau avec une petite magnitude de 7,7.

Le lendemain, deuxième nuit d’étoiles filantes : les Kappa Cygnides seront beaucoup plus discrètes que les précédentes avec seulement 3 météores par heure au zénith. Pour avoir une chance de les observer, il faudra regarder en direction de la constellation du Cygne, parfois appelée Croix du nord car les étoiles qui la compose forment une croix. Ce qui rend cet essaim intéressant, c’est qu’il produit de nombreux bolides d’une belle couleur blanc-bleuté. De plus, la Lune sera bien moins gênante. En effet, elle affichera son dernier quartier le 23 août.

En fin de nuit du mercredi 21 aura lieu un rapprochement entre Uranus et la Lune. Uranus est observable le matin dans le Belier et sa magnitude est de 6,1.

Le 24, c’est Aldébaran qui sera tout contre la belle de nuit. Aldébaran, également appelée Alpha Tauri (α Tauri/α Tau) selon la désignation de Bayer, est une étoile géante orangée, et l’étoile la plus brillante de la constellation zodiacale du Taureau. Située à environ 65 années-lumière du Soleil, elle est la 13e étoile la plus brillante du ciel nocturne. Sa magnitude absolue est de −0,63 et sa magnitude apparente moyenne de +0,86.

Retournons à Rouvroy-les-Merles, vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25, l’association Repères organise les rencontres des astro-photographes des Hauts-de-France à l’observatoire.

http://reperes-astro.fr/v-23-s-24-d25-aout-rencontres-des-astrophotographes-des-hauts-de-france/

Le 25, Vénus illuminera les cieux avec son plus grand éclat et une magnitude aveuglante de -3,93. Ça brille ! Cependant, elle sera difficilement observable en raison de son passage en conjonction avec le Soleil, le 14.

Encore un beau spectacle ? Alors avant le lever du Soleil pensez à admirer la lumière cendrée de la Lune en cette matinée du 27 août.

Dernière visite à Séléné en ce 28 août avec ce rapprochement très serré avec l’amas de la Crèche (M44).

Le 30, c’est de nouveau la nouvelle Lune. Profitez du ciel profond et pourquoi pas, essayez de trouver l’astéroïde 130 Elektra qui sera en opposition à une distance d’à peine 2,593 UA avec une petite magnitude de 10,5. Il a été découvert par Christian Peters le 17 février 1873.

Ce jour-là également, deux comètes seront à leur périhélie. La première, P/1999 R1 SOHO ne sera qu’à 0,052 UA du Soleil et aura une magnitude de 7,7. La seconde, 322P SOHO sera à la même distance du Soleil et sera un peu plus brillante avec une magnitude de 6,1. Espérons qu’elles ne se percutent pas.

Les phases de la Lune.

Apparence des planètes.

Visibilité des planètes.