Le ciel du mois de novembre 2019

C’est le mois des nuages et de la brume dans l’hémisphère nord, novembre offre cependant des observations intéressantes, avec la galaxie d’Andromède au zénith.

Les astronomes amateurs européens n’aiment guère le mois de novembre. En effet, c’est une époque, où, en Europe, il fait souvent mauvais temps, ce qui ne permet que quelques nuits d’observations.

Quelques constellations.

En début de soirée, la constellation d’Andromède passe presque au zénith. Elle est constituée de trois étoiles brillantes qui prolongent vers l’est le bord supérieur du rectangle de Pégase.

Les galaxies de novembre.

Si la forme de la constellation d’Andromède n’est guère spectaculaire, son observation est intéressante, car elle contient la fameuse galaxie d’Andromède, M 31, la seule qui soit visible à l’œil nu depuis l’hémisphère nord.
A moins d’en prendre une photo, M 31 reste une tache floue, qu’on l’observe avec des jumelles, une lunette ou un télescope de 200 mm, et il est très difficile d’y déceler des détails.
C’est l’objet le plus lointain observable à l’œil nu. Elle est située à plus de 2 millions d’années-lumière. Autrement dit, nous observons aujourd’hui la galaxie d’Andromède telle qu’elle était il y a 2 millions d’années, lorsque les premiers hommes apparaissez sur Terre ! La galaxie d’Andromède et la nôtre filent l’une vers l’autre à la vitesse de 90 km/s. Elles entreront en collision dans 3,7 milliards d’années, bien avant la mort programmée du soleil.


——————————————————–Image de Mathieu Guinot——————————————————–

À proximité de cette galaxie, on trouve M 32 et M 110 qui sont ses satellites. Enfin, ne manquez pas de pointer votre instrument sur les étoiles, gamma Andromède, une superbe double orange et bleue séparée par seulement 10 secondes d’arc.

Le Triangle et le Bélier.

Juste au-dessous d’Andromède, on remarque un petit triangle : la constellation du Triangle ! On y découvre une belle galaxie spirale nommée la galaxie du Triangle : il s’agit de M 33, de magnitude 6,7 ; les photographies d’amateurs dévoilent la présence de nébuleuses gazeuses.

L’image que l’on peut admirer ci-dessus se compose de 54 clichés pris par le télescope spatial Hubble. Couvrant une portion d’environ 19.000 années-lumière de la galaxie, la Nasa a indiqué que l’on peut y compter la bagatelle de 25 millions d’étoiles (je n’ai pas vérifié). Cela peut paraître considérable mais ça ne représente en réalité qu’une fraction de sa population qui est estimée entre 30 et 40 milliards d’étoiles.

La constellation du Bélier, située au-dessous du Triangle, ne possède pas d’objet particulièrement intéressant, outre le fait qu’elle abrite fréquemment des planètes puisqu’il s’agit d’une constellation du zodiaque. Malgré tout, on y trouve les galaxies NGC 697 (au nord-ouest de β), NGC 772 (au sud-est de β), NGC 972 (dans le nord de la constellation) et NGC 1156 (au nord-ouest de δ).

Et la Baleine.

Au-dessus de l’horizon apparaît la constellation de la baleine (Cetus), dont l’étoile principale est Mira. Cette constellation détermine une classe d’étoiles variables pour la luminosité peut varier de 2,5 à 11 magnitudes ! Mira passe la magnitude 2 à 10 ans 332 jours ! Selon la période, elle est très lumineuse à l’oeil nu ou invisible aux jumelles.

Courbe de lumière visible de Mira, produite en utilisant l’outil générateur de courbe de lumière de l’AAVSO (Association américaine des observateurs d’étoiles variables).

Allez, qu’avons-nous d’autre à découvrir durant ce mois ?

On commence en force dès le premier novembre avec un rapprochement entre la Lune, Saturne et M22 à une distance topo centrique centre à centre de 0,1°. Ce jour-là, l’astro club Andromède de Lassigny organise une soirée réunion/observation. Le rendez-vous est fixé à 21h au local du club. https://www.astroclub-andromede.fr/evenement-237-reunion-observation.html

Le lendemain, la Lune sera très proche de Pluton et cette fois-ci c’est l’association Repères de Rouvroy-les-Merles qui organise un stage 3ième étoiles.

http://reperes-astro.fr/stage-troisieme-etoile-le-2-novembre/

Vous avez un instrument, vous savez l’utiliser et vous voulez maintenant garder des traces de vos observations. La 3e étoile vous permet de découvrir, de tester et de s’initier à la pratique de quelques techniques d’acquisition : dessin, imagerie webcam et photographie numérique sont au programme.

Au programme :
-Installation d’une webcam au foyer de son instrument et acquisition d’une image planétaire,
-Réalisation d’une composition et d’un traitement simple
-Utilisation d’un calibre pour le dessin astronomique,
-Réalisation d’une image du ciel avec un appareil photographique numérique monté en parallèle,
-Connaissance des accessoires nécessaires à la poursuite des techniques d’acquisition.

Les compétences préalables nécessaires sont celles acquises sur les stages 1ère et 2ème étoile.

Le 4, c’est le premier quartier.

Le 8 novembre, rapprochement (3,0o) entre la Lune et Spica. α Virginis ou L’Épi en français (on trouve parfois aussi Spica Virginis, « L’Épi de la Vierge »), ou encore Azimech, est l’étoile la plus lumineuse de la constellation de la Vierge, et la quinzième étoile la plus brillante du ciel nocturne.

Samedi 9 novembre, Vénus ne sera pas très loin d’Antarès puis le 10, c’est Mars et Spica qui seront voisines.

L’astéroïde (675) Ludmilla sera en opposition avec le Soleil le 11 novembre. Il affichera une petite magnitude de 10,5 sachant qu’il sera à 2,215 UA du Soleil. L’astéroïde a été découvert le 30 août 1908 par l’astronome américain Joel Metcalf.

Mais ce jour-là, c’est surtout le transit de Mercure devant la Soleil qui sera l’évènement à ne pas manquer. Le maximum du passage aura lieu vers 15h19 TU.

Attention, ne jamais regarder le Soleil sans filtre approprié, risque de dommages graves et irréversible sur les yeux.

Le lendemain c’est un autre astéroïde qui sera en opposition. Il s’agit de Vesta qui devrait être facilement observable avec une belle magnitude de 6,5 et cela malgré la présence de la pleine Lune le même soir.

L’astéroïde est nommé d’après la déesse romaine Vesta, protectrice des foyers, et aurait été suggéré à Olbers par Gauss. La désignation des planètes mineures implique de donner aux corps dont l’orbite est connue avec certitude un numéro définitif. À Vesta, en tant que quatrième membre découvert de la ceinture d’astéroïdes, fut rétrospectivement attribué le numéro 4. Sa désignation scientifique officielle complète est donc (4) Vesta.


——————————————————–Vesta et Cérès comparés à la Lune————————————–

En revanche, Sélène devrait perturber notre perception de la pluie d’étoiles filantes des Taurides du Nord. Elles afficheront à peine 5 météores par heure au zénith.

Mercredi 13, nous verrons un rapprochement entre la Lune et Aldébaran (2,5°). Puis le 15, elle passera à côté de M35.

Le 15 novembre, retrouvez l’équipe du CAASV de Saint-Sauveur pour une réunion à la maison des associations à partir de 20h30. http://www.caasv.org/wordpress/

Puis le 16, ce sont des stages première et quatrième étoile qui sont organisés par l’association Repères.

http://reperes-astro.fr/stages-premiere-et-quatrieme-etoile-du-16-novembre/

C’est là que tout commence. Venez comme vous êtes et à l’issue d’un stage résolument pratique, vous serez capable d’utiliser un instrument, de le mettre en fonction sur le ciel, de savoir quoi regarder et quand. Bref, les premières clés pour démarrer de façon autonome l’observation de la voûte céleste.

Au programme :
-S’initier à l’observation du ciel, à l’utilisation de sa lunette ou son télescope, 
-Choisir son oculaire, 
-Lire des éphémérides, 
-Préparer sa soirée, 
-Mettre en station son instrument, 
-S’initier aux montures à pointage automatique. 
-Seront abordées également des notions de mécanique céleste, d’optique (grossissements, focale, etc.) et bien-sûr d’astronomie.

À l’issue de ce stage, résolument pratique, vous serez capable d’utiliser votre instrument, de le mettre en fonction sur le ciel, de savoir quoi regarder et quand. Bref, les premières clés pour démarrer de façon autonome l’observation de la voûte céleste.

Destiné à tous, petits ou grands, ce stage ne nécessite aucune compétence préalable.

Une nouvelle pluie d’étoiles filantes le 18 novembre : les Léonides. Plus intenses que les précédentes avec 15 météores par heure, elles seront également moins pénalisées par la Lune qui affichera son dernier quartier le 19. Les Léonides, ou Delta Léonides, sont un essaim de météoroïdes ou météores associés dont le radiant est situé dans la constellation zodiacale du Lion.
Les Léonides sont causées par le passage de la Terre dans la traîne de poussières laissées sur sa trajectoire par la comète Tempel-Tuttle qui a une période de 33 ans.

Toujours la Lune, qui passera cette fois-ci à côté de Régulus le 20 novembre.

Puis, une nouvelle pluie d’étoiles filantes : les Alpha Monocérotides le 22 novembre. Découvert en 1925 par Bradley, cet essaim pourrait provenir de la comète 1943 W1. Cependant, les astronomes n’en ont aucune certitude. L’essaim présente la particularité d’être observable trois années de suite, puis disparaît pour environ sept ans, pour être de nouveau observable trois années, sur un cycle de dix ans qui redémarre sur un sursaut d’activité.

Il est difficile d’évaluer le taux horaire, très variable d’une année sur l’autre. Par exemple, en 1995, le taux horaire moyen était de 400 météores par heure. Un essaim à surveiller donc.
Pour observer les Alpha-Monocérotides, il vous faut trouver la constellation de la Licorne au-dessus de l’horizon sud, vers 3 h 50 TU. Les étoiles filantes proviennent d’un endroit situé entre la constellation de la Licorne et du Petit Chien.

Peut-être pourrez-vous profiter de ce spectacle avec les membres du club Andromède, qui se retrouvent ce jour-là ? https://www.astroclub-andromede.fr/evenement-238-reunion-observation.html

23 novembre, c’est le meilleur moment pour observer la Lumière cendrée de la Lune juste un peu avant le lever du Soleil. La lumière cendrée c’est la lumière du Soleil qui est réfléchie par la Terre vers le côté sombre de la Lune. En bas de la Lune, se retrouve un beau duo de planètes Mars et Mercure accompagné de l’étoile principale de la constellation de la Vierge Spica.

Le 24, Vénus et Jupiter seront au coude à coude avec à peine 1,4° de distance topo centrique. Mars sera également très proche de la Lune.

Le 26, profitez de la nouvelle Lune pour essayer de découvrir l’astéroïde 10 Hygie qui sera en opposition avec une magnitude de 10,3. C’est le quatrième plus gros astéroïde de la ceinture principale d’astéroïdes en volume et en masse. Se caractérisant par une forme relativement sphérique, c’est potentiellement une planète naine. Il a un diamètre de 434 kilomètres. Vous pourrez en apprendre plus grâce à cette petite vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=KoyePTY751Q

Vénus ira à la rencontre de M8 (la nébuleuse de la Lagune) le 27 novembre et de la Lune le 28.

Enfin, l’association Repères organise sa grande Journée Echange et Partage, le samedi 30 novembre à l’observatoire. http://reperes-astro.fr/grande-journee-du-30-novembre/

Les phases de la Lune :

Les planètes à l’échelle :

Visibilité des planètes :