Le ciel du mois de septembre 2019

Au mois de septembre, la Terre est près du point de l‘équinoxe, favorisant l’observation de constellations qu’il convient de repérer. Au fil des ans, leur retour dans le ciel annonce l’arrivée de l’automne.

Quelques constellations.

Repérons, avant de quitter complètement la Voie lactée, une constellation qui passe quasiment au zénith en cette période de l’année. Entre le W de Cassiopée et l’Étoile alpha du Cygne (Deneb), et légèrement plus au nord, se trouve Céphée, dont la forme rappelle celle d’une maison. Dans cette constellation on peut observer NGC40 (Cadwell 2), la nébuleuse du noeud papillon. C’est une nébuleuse planétaire qui montre à la fois son étoile centrale et son anneau dans un télescope de 200 mm (Clément Dusmenil). On peut également y observer NGC 7023, la nébuleuse de l’Iris (Cadwell 4), qui est une nébuleuse par réflexion située à 1300 AL de la Terre (Stéphane Losacco).

Du Petit Cheval au Verseau.

La constellation du Petit Cheval présente des étoiles faiblement lumineuses ; elle ne contient pas d’objet du ciel profond capable d’éveiller quelques âmes lyrique. Pour la repérer, on peut, par exemple, former un rectangle avec Deneb, Vega, Altaïr. À la position du dernier coin se trouve le Petit Cheval.
Au-dessus du Petit Cheval, la constellation du Verseau (basse sur l’horizon, plein Sud le 22 septembre à 22h TU) contient d’intéressants objets du ciel profond, dont la fameuse nébuleuse planétaire Saturne (NGC 7009). Cet objet n’a, bien entendu, rien de commun avec la planète de notre système solaire mais à travers un télescope ou une lunette astronomique, sa forme rappelle un peu celle du « seigneur des anneaux » d’où son nom. Il s’agit en réalité d’un cadavre d’étoile. Elle se trouve à environ un degré et demi à l’ouest de l’Étoile Nu du Verseau. Un instrument d’au moins 200 mm est nécessaire pour y déceler des détails.

Un peu plus au nord, au-dessus de l’Étoile Bêta du Verseau, se trouve l’amas globulaire M2. Cet objet de magnitude 6,3 est facile à repérer car il est nettement visible dans le chercheur de votre instrument. En revanche, pour y distinguer des étoiles, notamment dans la périphérie, il faut utiliser un télescope relativement grand car les plus brillantes sont de magnitude 13,2 !

Enfin, tout au sud de la constellation du Verseau, on trouve la nébuleuse planétaire Hélix (NGC 7293) dont nous avons déjà parlé le mois dernier. Elle est visible dans la plupart des instruments. Elle mérite d’être photographiée, car, comme la majorité de ces objets, elle est très colorée, passant du bleu au rouge puis au vert avec la naine blanche qui brille en son centre, tel un petit diamant.

À l’horizon Sud pointe le Capricorne.

La constellation du Capricorne est au-dessus du Verseau, donc juste au-dessus de l’horizon sud en cette période de l’année. Aucun objet particulièrement spectaculaire n’y est présent. En revanche, on y retrouve périodiquement les neuf planètes du système solaire ainsi que la Lune et le Soleil – il s’agit d’une constellation du zodiaque.

Allez, on commence dès le premier jour du mois avec une pluie d’étoiles filantes. Les Alpha Aurigides avec 6 météores par heure au zénith. L’essaim tire son nom de la constellation d’où il provient : la constellation du Cocher, qui en latin se dit Auriga.

C’est en 1935 que cet essaim fut identifié. Il est associé à la comète Kiess 1911 II, une comète qui passe près du Soleil tous les deux siècles, et qui fut découverte par l’astronome américain Carl Clarence Kiess le 16 juillet 1911.

Les météores zèbrent le ciel à la vitesse de 66 km par seconde, ils sont donc très rapides comparés aux plus lents, dont la vitesse est de 25 km/s.

Le 2 septembre, c’est le jour où l’on peut admirer la lumière cendrée de la Lune après le coucher du Soleil.

Le 4 septembre, l’astéroïde 135 Hertha sera en opposition avec le Soleil, situé à 1,945 UA du Soleil, il affichera une magnitude de 9,6. Hertha est un astéroïde de la ceinture principale découvert par Christian Peters le 18 février 1874.

Un beau rapprochement entre Jupiter et la Lune aura lieu le 5 septembre. Au sud de ce duo apparaitra également très proche l’étoile Antarès qui est l’étoile principale de la constellation du Scorpion.

Vendredi 6, ce sera le premier quartier de la Lune. Ce soir-là, grande réunion commune entre les clubs Andromède de Lassigny et CAASV de St-Sauveur.

Samedi 7 septembre, journée porte ouverte à l’observatoire de Thury (59, rue du Gillet – 60250 -Thury-sous-Clermont).

L’animation grand public démarrera à 14h00 avec les habituelles visites et présentations des 2 lunettes (celle de 95 mm et celle de 160mm) jusque 18h00.

Puis de 20h30 à 22h30, une conférence sera présentée à l’observatoire, conférence dont le thème sera « Origine et histoire de la Lune ». Si le ciel le permet, cette conférence sera suivie par une observation du ciel animée par les membres de l’association.

Amusant, les 7 et 8 septembre, la Lune se retrouvera de chaque côté de Saturne.

On remet ça le 9 avec une deuxième pluie d’étoiles filantes. Les « Perséides de septembre » qui afficheront 5 météores par heure au zénith. L’essaim tire son nom du fait que, comme pour les Perséides observables en août, les météores semblent provenir de la constellation de Persée. Cependant, cet essaim s’appelait jadis les « delta-Aurigides » et était regroupé avec l’essaim du même nom, visible du 18 septembre au 10 octobre dans la constellation du Cocher.
Les astronomes ont longtemps pensé qu’il s’agissait d’un pic secondaire qui avait dérivé dans la constellation de Persée. Cependant, grâce à de longues observations, ils découvrirent qu’il s’agissait d’un essaim à part, n’ayant aucun lien avec les delta-Aurigides. Pour éviter de les confondre avec les fameuses Perséides du mois d’août, il fut décidé de les baptiser « Perséides de septembre ». Ces météores sont très rapides, avec une vitesse d’environ 64 km par seconde.

Le 10 septembre, Neptune sera en opposition avec le Soleil. C’est la meilleure période pour son observation. Elle n’est malheureusement pas visible à l’oeil nu. Il faut utiliser de bonnes jumelles ou un bon petit télescope.

Puis le 13, c’est la Lune qui viendra se rapprocher de Neptune avec une distance topocentrique centre à centre de 4,2°. A noter que l’éclat de la Lune va nuire au repérage de Neptune.

Le lendemain, pleine Lune.

Mardi 17, rapprochement entre la Lune et Uranus avec cette fois-ci une distance topocentrique centre à centre de 4,9°.

L’astéroïde 36 Atalante sera en opposition avec le Soleil de 18 du mois. Il affichera une toute petite magnitude de 10,4, sa distance au Soleil étant de 2,091 UA. C’est un grand astéroïde, sombre, de la ceinture principale d’astéroïdes. Il a été découvert par l’astronome franco-allemand Hermann M. S. Goldschmidt le 5 octobre 1855, et nommé par le mathématicien et astronome français Urbain Le Verrier d’après l’héroïne de la mythologie grecque, Atalante (Atalante est la forme française et allemande). L’astéroïde est également classé comme astéroïde de type C, selon le système de classification de Tholen.

Le 20 septembre, rapprochement entre la Lune et Aldébaran l’étoile principale de la constellation du Taureau, surnommé l’oeil du Taureau. C’est une étoile orangée, située à environ 64 AL du Soleil. Elle est la 13e étoile la plus brillante du ciel nocturne. Sa magnitude absolue est de -0,63 et sa magnitude apparente moyenne de +0,86.
Un peu plus haut se retrouve le magnifique amas les Pléiades (Messier 45) et un peu plus bas la constellation d’Orion.

Ce sera aussi un soir de réunion avec l’astro-club CAASV. Le rendez-vous est fixé à la salle des associations de St-Sauveur à 20h30. http://www.caasv.org/wordpress

Samedi 21 septembre grande journée du patrimoine à Vandélicourt. L’astro-club Andromède en association avec le CAASV (Club Astro Amateur Saint Sauveur) et l’association Repères (Réseau d’Échanges et de Partages d’Éducation et de Recherches pour l’Environnement et les Sciences) de Rouvroy-les-Merles, les activités seront situées dans et devant l’église Saint-Léger.

L’après-midi : observations du Soleil depuis le champ en face de l’église. Expositions et séances de planétarium à l’intérieur de l’église.

L’association Repères apportera son tout nouveau planétarium numérique.

Le soir : observations des étoiles, des planètes et de la Lune pour les couches-tard. Ne manquez pas cette occasion de découvrir patrimoine et ciel étoilé.

Le 22 septembre ce sera le dernier quartier de la Lune.

Le lendemain 23 nous serons à l’équinoxe d’automne. Le terme « équinoxe » vient du latin æquinoctium, qui lie æequs (égal) à nox (nuit), et désigne le moment où la durée du jour est égale à celle de la nuit.
Pour l’équinoxe de septembre, cela se produit le 20 et le 23 du mois selon les années (l’été de l’hémisphère nord est plus long que celui de l’hémisphère austral).

Pour les habitants de l’hémisphère nord, cette date marque le début de l’automne. Les jours continuent de diminuer jusqu’au solstice d’hiver, le 21 décembre, date de la fin de l’automne. En revanche, dans l’hémisphère sud, c’est le printemps qui arrive. La longueur des jours augmente jusqu’au solstice d’été, le 21 décembre.

Le 24, c’est encore un astéroïde qui fait parler de lui. 247 Eukrate sera à l’opposition et comme le précédent brillera faiblement à 10,4 de magnitude. Il est encore plus loin puisque situé à 2,254 UA du Soleil. C’est un astéroïde de la ceinture principale découvert par Robert Luther le 14 mars 1885. Son nom fait référence à la Néréide Eucrate, ou Eucrante.

Le 25 septembre, c’est le meilleur moment pour observer la Lumière cendrée de la Lune juste un peu avant le lever du Soleil.
La lumière cendrée: La lumière du Soleil est réfléchie par la Terre vers le côté sombre de la Lune.

Puis le 27, c’est l’astéroïde 21 Lutetia qui rejoindra l’opposition. Un peu plus brillant avec 9,4 de magnitude, il est un peu plus près avec 2,085 UA. (21) Lutetia, est un gros astéroïde de la ceinture d’astéroïdes d’un type spectral rare. Il mesure environ 100 kilomètres de diamètre (120 km le long de son axe principal). Il a été découvert en 1852 par l’astronome franco-allemand Hermann Goldschmidt, et est nommé d’après Lutèce (Lutetia en latin), le nom antique de Paris.

Cette fois-ci, c’est l’astro-club d’Andromède qui organise une soirée réunion/observation à Lassigny. Rendez-vous au club à 21h. https://www.astroclub-andromede.fr/evenement-223-reunion-observation.html

Le 28, ce sera la nouvelle Lune. C’est le moment pour découvrir les merveilles du ciel profond que nous offre le début de l’automne. Vous pourrez faire ça avec l’association Repères à Rouvroy-les-Merles. Puisque c’est une journée échange et partage à l’observatoire. http://reperes-astro.fr

Les phases de la Lune.

Apparence des planètes au télescope.

Visibilité des planètes.