CIEL D’ETE a ROUVROY

DANS LA REGION D’ANTARES

ANTARES : un beau spectacle et une belle histoire…

C’est une  étoile double du Scorpion dont la plus brillante composante (α Scorpii A / Antarès A) est une supergéante rouge en fin de vie, d’une masse comprise entre 15 et 18 masse solaire et d’un diamètre de 883 fois celui du Soleil, soit un volume 690 millions de fois plus élevé que lui. Elle est située à environ 520 années-lumière de la Terre.

Sa magnitude varie de +0,9 à +1,8. Antarès est environ 10 000 fois plus lumineuse que le Soleil, dans le visible. Mais sa température de surface, moins élevée que celle du Soleil (~3300°C au lieu de 5 500 °C), fait qu’elle rayonne une partie considérable de son énergie dans l’infrarouge

Description de cette image, également commentée ci-après

Schéma de Wikipédia illustrant ce que nous évoquons sous le planétarium.

Comparaison entre la Supergéante rouge Antarès et le Soleil, représenté par un point en haut à droite de l’image. Le cercle en tirets noirs représenterait l’orbite de Mars.
Arcturus est aussi représentée (petit disque), à titre de comparaison.

Le nom de l’étoile vient de Αντάρης utilisé en grec ancien, signifiant « comme Arès », où Arès est le dieu de la guerre, l’équivalent de Mars, dans la mythologie de la Rome antique. Il fait référence à sa couleur rouge, similaire à celle de la planète Mars.

Au dessus d’ANTARES : le beau nuage de RHO OPHIUCHI

Complexes, tourmentées comme des nuages d’orage, les nébuleuses de Rho Ophiuchi sont entrain, aujourd’hui, de former des étoiles… Dissimulées dans les langes gazeux, plus de cinq cents sources infrarouges, trahissant la formation, par condensation et effondrement du gaz interstellaire, de jeunes étoiles, ont été repérées. Les astronomes, qui étudient Rho Ophiuchi depuis une trentaine d’années, ont réalisé qu’ils avaient sous les yeux l’un des sites de formation stellaire les plus proches, les plus récents et les plus fertiles de toute la Voie lactée : ces astres qui vont bientôt souffler le gaz autour d’eux et se mettre à briller ont cent mille à un million d’années seulement !

Serge Brunier dans le ciel du mois d’août de Science et Vie

http://www.science-et-vie.com/wp-content/uploads/2014/07/RhoOphiuchus.jpg

Au cœur de la Voie lactée, la nébuleuse de Rho Ophiuchus auréole l’étoile supergéante rouge Antarès, visible en bas et à gauche du nuage interstellaire.

Photo Stéphane Guisard/ESO.

 M4 un bel AMAS GLOBULAIRE

Distant de seulement 7195 années-lumière, M4 est l’amas globulaire le plus proche de la Terre. Situé à 1° d’Antarès il est repérable aux jumelles sous la forme d’une nébulosité blanchâtre. Contrairement à la plupart des amas globulaires, M4 n’a pas de concentration d’étoiles en son centre : celles-ci sont réparties de manière assez homogène…

 L’amas est visible avec des jumelles ou une lunette sous la forme d’une tache floue. Un télescope de 10 cm de diamètre permet d’y résoudre de nombreuses étoiles. Dans les latitudes nord, la faible élévation du Scorpion rend son observation plus difficile.

L’amas M4 a été découvert par Jean Philippe De Chéseaux en 1745-1746 et énuméré dans son catalogue au numéro 19. M4 a aussi été inclus dans le catalogue de Lacaille et catalogué par Charles Messier le 8 mai 1764.