Jupiter a rendez-vous avec la Lune – conjonction du 26 décembre 2012 + réponses aux questions de nos lecteurs

Dans la nuit du 25 au 26 décembre à 1h du matin heure locale française, la Lune passera au bord de Jupiter. L’occultation ne sera visible dans sa totalité que dans l’hémisphère sud, mais le spectacle sera quand même superbe sous nos latitudes. Préparez vos appareils photos si jamais le ciel est dégagé et pointez au dessus de l’horizon sud.

Et une photo de la conjonction en souvenir, pas exceptionnelle c’est le moins que l’on puisse dire, à cause de la pluie et du vent très gênants :

Quelques réponses aux questions de nos lecteurs

A Corinne du Var, Chloé de Bretagne et Mr X de ???

Ces trois personnes m’ont appelé à la suite de notre article sur le rapprochement de la Lune et de Jupiter. Ces trois veinards ont eu une météo plus sympa qu’en Picardie. Ils ont vu des choses assez « extraordinaires » et ils souhaitaient avant tout savoir s’ils n’avaient pas eu la berlue… Bien que nos entretiens téléphoniques aient pu répondre à leurs principales interrogations, je mets en ligne quelques éléments supplémentaires.

PREMIERE QUESTION : Effectivement, Jupiter très brillant était très près de la Lune notamment le 25

DEUXIEME QUESTION : Vous avez vu de très nombreuses étoiles autour des deux astres. A l’Ouest, il y avait en effet une bonne douzaine d’étoiles de forte magnitude dont huit qui forment le « GRAND G de L’HIVER » ou encore « HEXAGONE DE L’HIVER » (petite pensée pour Pierre Bourges). Il y avait aussi, juste à côté d’ALDEBARAN : un bel amas d’étoiles jeunes nommées les HYADES et juste au dessus de la Lune un autre amas nommé les PLÉIADES.

TROISIÈME QUESTION : Corinne (et un peu Chloé) a vu un halo autour de la Lune dans lequel se dessinait comme une «cage thoracique»…Son imagination a du se nourrir de ce phénomène bien connu et toujours étonnant. J’ai retrouvé cette représentation qui peut laisser perplexe dans un premier temps mais qui semble bien le résultat d’une observation en haute latitude.

Définition du halo  sur WIKIPEPIA : Il existe de nombreux types de halos, tous formés par l’interaction entre la lumière solaire (directe ou renvoyée par la lune) et des cristaux de glace en suspension dans l’air ou présents dans les nuages visibles de la haute troposphère, entre 5 et 10 km d’altitude, notamment dans les cirrostratus. La forme et l’orientation particulière des cristaux, ainsi que l’incidence du rayonnement lumineux sont responsables du type de halo observé. La lumière est réfléchie et réfractée par ces cristaux et sa lumière peut être dispersée, comme pour un arc-en-ciel. Ce phénomène optique peut être bref (quelques secondes) ou se prolonger jusqu’à plusieurs heures. Il peut être discret ou, plus rarement, nettement visible. Avec l’augmentation du transport aérien, on observe de plus en plus souvent ce phénomène sur les nuages artificiellement formés à partir des traînées de réacteurs. Les canons à neige, le léger vent ascendant, et la disposition du soleil à une certaine hauteur à l’horizon sont les conditions idéales pour la formation d’un immense arc en ciel circulaire, très visible autour du soleil.

Question à Corinne et à Chloé : est ce que ces deux images ressemblent à ce que vous avez vu l’autre soir ?

UN PEU      BEAUCOUP     PAS DU TOUT ?