L’étrange destin d’un des plus grand télescope amateur au monde, le 875mm d’Amiens

Dans un article précédent, nous évoquions, grâce à un billet d’A. Le Boeuffle, l’existence à Amiens d’un des plus grand télescope jamais réalisé par un amateur : celui de M. Caudron, de 875 mm à F/D 10 (donc près de 9m de focale) installé en centre ville dans les années 30. Grâce aux informations envoyées par un internaute, M. Naillon, nous en savons maintenant bien plus sur ce télescope hors norme et sur ses aventures après le rachat du miroir par Pierre Bourge.

Des détails sur l’instrument

C’est au cours d’une visite d’une usine Saint Gobain que M. Caudron eut l’opportunité de récupérer un disque d’essai de 90cm de diamètre qui devait être refondu. Grâce aux conseils d’André Couder, du laboratoire d’optique de l’Observatoire de Paris, M. Caudron réussit l’exploit de creuser, doucir puis polir cette pièce de verre, en lui donnant une focale de 9m, ce qui présentait l’avantage de ne nécessité qu’une surface sphérique, plus facile à obtenir. Il a fallu 900 heures de travail, dont 300 de contrôle à l’aide d’un appareil de Foucault pour obtenir le résultat souhaité.

Une fois le miroir placé dans un tube de 10m de long, l’ensemble fut installé sur une monture équatoriale en berceau composée de poutrelles en fer de 30cm de largeur, le berceau reposant lui-même sur des poutrelles de 4m de haut, le tout juché sur une dalle en béton surmontant un ensemble de garages ! Le poids total avoisinait les 1,6 tonnes.

Pour observer, il fallait monter sur une plateforme située à 8m de haut. Or, le propriétaire, étant sujet au vertige, n’utilisa finalement qu’assez peu l’instrument, et c’est surtout A. Le Boeuffle qui procédait aux observations. D’autre part, les observations en plein air étaient souvent gênées par le vent, particulièrement en haut du fameux escalier.

Qu’est devenu le miroir  ?

A la mort de M. Caudron, sa veuve demanda à Pierre Bourge de démonter l’instrument, une opération bien difficile en elle-même. Il récupéra également un 410mm qui était installé sous une coupole métallique en haut de la maison des Caudron. Le miroir du grand télescope avait été abîmé par un observateur malhabile avant son démontage. Il était donc nécessaire de le retailler et de le repolir.

Pierre Bourge signa (à la fin des années 80 ?) un prêt à bail avec l’association A.B.C.D.E. gestionnaire de l’observatoire du Mont Chiran dans les Alpes de Haute Provence. Le miroir devait être retaillé et poli par Patrick Lagrange de façon à lui donner une F/D de 4.

Voilà où nous en sommes pour le moment en ce qui concerne l’histoire de ce télescope. Le site Internet de l’observatoire du Mont Chiran ne mentionne pas un tel télescope. L’association a repris ce site du CNRS en 1989 et dispose de nos jours d’un télescope de 300mm. Pas d’informations non plus sur le télescope entre le démontage en 1969-1973 et ce projet récent.

Si des lecteurs disposent d’information à ce sujet, je les remercie de prendre contact avec l’association.

Documentation :

- Revue Astro-Ciel, mars-avril 1993

- Ciel et Fusées, décembre 1969

- Pierre Bourge, Mémoires d’un chasseur d’étoiles, 1998, p.109-112