Un satellite repère un trou noir en train d’engloutir une étoile

Un satellite repère un trou noir en train d’engloutir une étoile

Ambre Lepoivre sur MSN
Grâce au satellite TESS, les scientifiques de la Nasa ont réussi à examiner la pulvérisation d’une étoile par un trou noir à un stade précoce, jamais observé auparavant.
La première photo d'un trou noir, révélée en avril 2019.© EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / AFP
La première photo d’un trou noir, révélée en avril 2019.

C’est un phénomène extrêmement rare. Le satellite TESS, lancé dans l’espace par la Nasa à la recherche d’exoplanètes, a repéré l’absorption d’une étoile par un trou noir. C’est la première fois qu’un satellite permet d’examiner aussi tôt le processus de destruction de l’astre, raconte l’agence spatiale dans un article publié jeudi.

Les scientifiques ont ainsi pu observer l’étoile être pulvérisée par la force de marée: l’écart de force gravitationnelle entre un trou noir et un corps est tel que ce dernier se disloque. Cette situation rare ne se produit que lorsqu’une étoile passe trop près du trou noir, le rendant alors actif.

“Les premières données de TESS nous ont permis de voir la lumière très près du trou noir, beaucoup plus près que nous n’avons pu le faire auparavant”, explique Patrick Vallely, chercheur diplômé de la National Science Foundation à l’université de l’Ohio, aux Etats-Unis.

“Modéliser la physique de ces explosions”

“Ils nous montrent également que l’augmentation de la luminosité de cet événement, appelé ASASSN-19bt, a été très douce, ce qui nous permet de dire qu’il s’agissait d’une perturbation de marée et non d’un autre type d’explosion, comme au centre d’une galaxie ou d’une supernova.”

“Ces premières données seront extrêmement utiles pour modéliser la physique de ces explosions”, ajoute le docteur Thomas Holoien, scientifique à l’Observatoire de Carnegie, en Californie.

En 2018, les scientifiques avaient déjà repéré l’absorption d’une étoile par un trou noir à 150 millions d’années lumières de la Terre.